Antibiotiques: prudence!

À l'heure où, en Belgique, le KCE lance un appel pour un usage prudent des antibiotiques chez les humains et les animaux, l'ECDC européen alerte une nouvelle fois sur les risques d'antibiorésistance.

Traitement de la douleur : un nanomédicament sans accoutumance ni addiction

Des scientifiques français ont mis au point un nouveau nanomédicament antalgique qui pourrait révolutionner le quotidien de nombreux patients. Puissant, cet antidouleur serait capable de cibler spécifiquement la zone d'inflammation douloureuse tout en évitant les effets secondaires liés aux opiacés, comme le phénomène d'addiction.

Erreurs thérapeutiques: 25 appels par jour

En 2018, le Centre Antipoisons a reçu plus de 9.300 appels concernant des erreurs thérapeutiques, soit 25 par jour en moyenne. Dans plus de la moitié des cas, il était question d'un problème de surdosage.

Bientôt un Bureau du cannabis

La chambre des représentants a approuvé le 28 mars dernier le projet de loi permettant la création d'un Bureau du cannabis, rattaché à l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). Il définit les modalités permettant la production du cannabis et la recherche à des fins médicales.

La dépression bientôt traitée avec un spray nasal?

La Food and Drug Administration (FDA) a approuvé un spray nasal à base d'eskétamine, une molécule qui pourra être prescrite, en association avec un antidépresseur oral, aux personnes souffrant de dépression sévère, résistante aux traitements classiques. Décrit comme révolutionnaire, ce médicament soignerait rapidement la dépression.

Une confirmation de la prescription, svp!

Neuf personnes sur dix trouvent que le patient doit toujours pouvoir demander une preuve papier d'une prescription de médicaments. Une personne sur cinq estime qu'une telle preuve devrait automatiquement être remise au patient. Tels sont les enseignements d'une enquête réalisée par des chercheurs de l'Université d'Anvers.

Des aides-soignants plus autonomes

Les aides-soignants pourront bientôt poser des actes supplémentaires au bénéfice du patient, comme administrer des gouttes oculaires ou mesurer le taux de glycémie ou la tension. Afin de pouvoir poser ces nouveaux actes, les aides-soignants devront suivre une formation de 150 heures.

Hi-tech